le rouge

Le Rouge

"C'est le feu et le sang, l'amour et l'enfer"

Le rouge est une couleur très présente dans l'histoire. Ceci est du à plusieurs éléments. Tout d'abord, c'est une couleur peu présente dans la nature, qui tranche avec l'environnement. D'autre part, les pigments rouges sont ceux qui sont maîtrisés le plus tôt. En effet, dès -35 000 avant Jésus Christ, dans l'art paléolithique, le rouge est présent. Durant l'Antiquité, le système chromatique comporte trois couleurs: le noir représente le "sale", le blanc l'incolore et le rouge la couleur, la seule digne de ce nom. C'est une couleur admirée qui représente le pouvoir de la religion et de la guerre. Ainsi, le dieu Mars ou les centurions romains portent du rouge. Cette couleur s'impose donc à tout l'Occident parce qu'elle renvoie à deux éléments fondamentaux dans l'histoire: le feu et le sang.

Feu

Le rouge a une symbolique si forte qu'elle perdure encore aujourd'hui. Le rouge feu représente la vie, l'esprit saint de la pentecôte mais aussi la mort, l'enfer ou les flammes de Satan. Le rouge sang lui représente le sang versé par le Christ qui purifie et sanctifie mais aussi le crime, le péché et les impuretés des tabous bibliques. C'est donc une couleur ambivalente, tantôt négative, tantôt positive comme dans de nombreux tableaux qui représentent la scène de Judas où Jésus et Judas sont souvent représentés comme deux personnages identiques, portant les mêmes couleurs. Dans le nouveau Testament, le rouge est également ambivalent. Il est associé à la faute et à l'interdit mais aussi à la puissance et à l'amour. Certains rouges sont identifiés au pouvoir. Dans la  Rome impériale, le rouge vif, fabriqué à partir de murex, est réservé a l'empereur et aux chefs de guerre. Le rouge obtenu à partir de garance est lui utilisé par les paysans car il donne une teinte moins éclatante. Le rouge vif est donc une marque de puissance, contrairement au rouge terne. Durant le Moyen Age, un ruban rouge autour du cou protégeait de la peste. La ceinture des zouaves a la même explication. A partir des XIII et XIVèmes siècles, le pape et les cardinaux adoptent le rouge, ce qui signifie qu'ils sont prêts à verser leur sang pour le Christ. Cela contraste avec les nombreuses représentations faites de diables rouges ou de chevaliers félons rouges à la même époque, mais cette ambivalence ne choque pas.

Cardinaux

Dans un autre registre, le Petit Chaperon rouge est ... rouge. Plusieurs hypothèses peuvent être émises. En effet, le rouge est la couleur que porte les enfants au Moyen Age pour que leurs parents les repèrent mieux de loin. Mais le Petit Chaperon rouge est rouge peut-être aussi parce que l'histoire se passe le jour de la Pentecôte dont la couleur représentative est le rouge ou encore parce que la jeune fille se retrouve confrontée au loup qui la fait saigner. D'autres personnes pensent que la jeune fille est habillée de rouge pour que les trois couleurs de base du système ancien soit présentes. En effet, l'enfant porte un pot de beurre blanc qu'il porte à sa grand-mère vêtue de noir. On retrouve ainsi ces trois couleurs dans de nombreux contes comme Blanche Neige qui reçoit une pomme rouge d'une sorcière noire, mais aussi dans des poèmes comme Le Corbeau et le renard de Jean de La Fontaine où un renard rouge attrappe le fromache blanc que lâche un corbeau noir. C'est autour de ces trois couleurs que s'organisent les codes sociaux. Toujours pendant le Moyen Age, en ville, les teinturiers ont une licence qui leur permet de teindre du rouge, jaune et blanc, d'autres peuvent teindre le bleu, le noir et le vert. A Venise les spécialistes du rouge Garance ne sont pas autorisés à travailler le rouge kermès et les teinturiers de rouge et de bleu  ne vivent pas dans les mêmes rues.

Durant la Réforme protestante qui a lieu au XVIème siècle, les protestants qualifient le rouge comme immoral en se référant au passage de l'Apocalypse dans lequel saint Jean raconte comment une bête venue de la mer est chevauchée par la grande prostituée de Babylone habillée de rouge.

La grande prostituée de Babylone

Pour Luther (1483-1546), Babylone c'est Rome, il faut donc à tout prix chasser le rouge des temples et des habits des chrétiens. C'est à partir de ce moment là, au XVIème siècle, que les hommes ne s'habillent plus en rouge, mis à part les cardinaux et les membres de certaines ordres de chavalerie. Seules les femmes du milieu catholique peuvent le faire. A partir de ce moment là, les tendances s'inversent. Le bleu, qui était jusque là à la mode pour les femmes, le devient pour les hommes (car plus discret) et vice versa pour le rouge. On a encore la trace des ces coutume aujourd'hui. En effet, les bébés masculins sont habillés en bleu et les bébés féminins en rose. 

Luther

Jusqu'au XIXème siècle, le rouge est également la couleur de la robe de mariée. Ceci est la coutume surtout chez les paysans (qui représente une grande partie de la population) car le rouge est à cette époque la couleur dans laquelle les teinturiers sont le plus performant. Ainsi les habits rouges sont plus beaux et riches. Mais il existe une ambivalence à ces robes rouges. En effet, les prostituées portent également une pièce de tissu rouge pour que les choses soient bien claires, et les portes de maisons closes ont à leur porte une lanterne rouge. On retrouve bien là une ambivalence: la couleur rouge représente à la fois l'amour divin mais aussi le péché charnel.

Au fil du temps, le rouge prend de plus en plus la signification la plus évidente aujourd'hui, c'est à dire la marque du danger, de l'interdiction. Les juges  et les bourreaux en portent déjà, mais c'est seulement à partir du XVIII qu'un chiffon rouge annonce un danger. Cela à un rapport avec le drapeau rouge des communistes. En octobre 1789, l'Assemblée constituante décide qu'en cas de trouble,on placera un drapeau rouge aux carefours afin d'interdire les attroupements et prévenir que la force publique arrive. Ce drapeau rouge est alors l'emblême du peuple opprimé et de la révolution et presque celui du drapeau français un peu plus tard mais l'idée est abandonnée.

Le rouge est aujourd'hui, surtout en Occident, la marque du signal de l'interdiction (panneaux de stop) et du danger, de l'amour et de l'érotisme, de la joie, de l'enfance, du luxe (tapis rouge) et de la fête. Il est toujours utilisé, associé au blanc, par l'église et symbolise la papauté. C'est également la couleur de la théâtralité, bien que le bleu lui fasse concurrence.

Panneau de stop, marque du signal, de l'interdiction

En Égypte c’est la couleur de Seth et de ce qui est maudit et nuisible (c'est pourquoi les scribes écrivent auparavant en rouge les notes de mauvais augure). En Grèce il représente "l’amour sanctificateur", mais aussi l’innocence et la virginité. En Chine et au Japon le rouge est bénéfique, il donne la vie, éloigne les démons (d’où la couleur rouge des portes des enceintes des temples shintoïstes et des portes d’entrée des maisons, ainsi que des palanquins transportant les jeunes mariés). Ainsi, un ruban rouge autour du poignet porte chance et protège des mauvais esprits. Autour d’une patte il protège les vaches du sorcier, les poules du renard...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×