le bleu

 

Le Bleu

"La couleur qui ne fait pas de vague"

Le bleu est une couleur omniprésente dans la nature. Pourtant, pendant lontemps c'est une couleur "mal aimée". En effet, cette couleur n'est pas présente dans les grottes au paléolithique ni au néolithique lors de l'apparition des premières techniques de teinture.

Dans l'Antiquité, le bleu n'est même pas considéré comme une couleur (contrairement au blanc, au rouge et au noir qui sont les seules à avoir le statut de couleur). Plus particulièrement, à Rome c'est la couleur des barbares, des étrangers (en effet, les peuples Germains, entre-autres peuples du nord, aiment le bleu). A cette époque, même le fait d'avoir les yeux bleus est un signe de mauvaise vie. Cette couleur est tellement peu présente que les mots qui la qualifient sont instables ou empruntés dans les mots germaniques et arabes. En Grèce, le bleu, le vert et le gris ne sont pas clairement définis, si peu que certains philosophes du XIXème siècle se sont posée la question de savoir si les Grecs voyaient ou non le bleu.

Dans la Bible, le bleu n'est pas très présent non plus mis à part pour qualifier le saphir, pierre préférée des peuples de la Bible. Aujourd'hui encore, le bleu est absent du culte catholique.

Saphir

C'est seulement en Egypte que le bleu a une place importante. En effet, il est censé porter bonheur dans l'au-delà, et c'est pour cela qu'on retrouve de magnifiques objets bleu-vert fabriqués à l'aide d'une recette à base de cuivre qui se perd par la suite. La couleur bleue est donc une couleur peu utilisée. Ceci s'explique par le fait qu'elle est difficile à fabriquer et à maîtriser. Elle ne joue donc pas un rôle important dans la vie sociale ou religieuse de l'époque.

C'est aux XII et XIIIèmes siècles que la situation va changer. En effet, à cette époque se produit un bouleversement des idées religieuses: le Dieu des chrétiens devient alors un Dieu de lumière, et cette lumière devient bleue. Ainsi, pour la première fois en Occident, les peintres utilisent la couleur bleue pour peindre les ciels, par exemple (auparavant, ceux-ci étaient peins en rouge, noir, blanc, ou or). A partir du XIIème siècle, dans les images, la Vierge, change d'habits et porte alors un manteau et une robe bleue. Elle va ainsi devenir le principal agent de promotion du bleu.

Représentation de la Vierge du XIIème siècle

La couleur, et encore plus le bleu, devient dès lors un enjeu religieux. Les hommes d'église, plus encore que les peintres et les teinturiers, sont de grands coloristes. Les scientifiques s'interrogent sur la couleur et font des expériences d'optique. Ces réfléxions les divisent. Certains, comme Suger, sont chromophiles et pensent que comme la couleur est lumière, elle relève du divin. D'autres, comme l'abbé de Clairvaux, sont chromophobes et pensent que comme la couleur est matière, elle est abominable et vile et que de ce fait, elle pollue le lien entre les moines et les fidèles et Dieu. Le bleu se répend donc dans les vitraux, l'art et plus largement dans la société. Les rois de France commencent à s'habiller en bleu (Philippe Auguste, Saint Louis...) et sont imités peu après par les seigneurs. Le bleu devient à la mode aristocratique.

Au XVIII le bleu devient la couleur préférée des Européens. Vers 1720, un pharmacien de Berlin invente le bleu de Prusse par accident ce qui va accentuer encore plus cet engouement pour le bleu qui devient à la mode dans tous les domaines. Les jeunes Européens s'habillent en bleu et la poésie romantique allemande célèbre le culte de cette couleur qui est considérée comme mélancolique. En 1850, le jean est inventé à San Francisco par un tailleur juif, Levi-Strauss. Celui-ci est teint en bleu à cause des valeurs protestantes qui affirment qu'un vêtement digne doit être sobre et discret. De plus, teindre à l'indigo est simple et celui-ci est beaucoup utilisé à cette époque. En effet, il est importé d'Amérique centrale et son pouvoir colorant est très fort. En 1930, le jean devient un vêtement de loisir. Dans les années 1960, il devient un signe de rebellion, pour une courte période cependant car le bleu ne peut pas être une couleur rebelle.

Oscar Levi Strauss (1829-1902)

Dans l'histoire politique, le bleu a également son importance. Il est la couleur des républicains et s'oppose au blanc des monarchistes et au noir du parti clérical. Après la Première Guerre mondiale, le bleu devient conservateur et il l'est encore aujourd'hui.

 Depuis 1890 environ, grâce aux enquêtes d'opinion, on remarque que la couleur bleu est la couleur dominante partout en Occident, en France et en Sicile par exemple. Cette couleur est appréciée par tous, les hommes comme les femmes, de toutes catégories sociales. Cet engouement pour le bleu est, en outre, tout autre dans d'autres cultures comme au Japon où c'est le noir qui est plébiscité.

 Aujourd'hui, le bleu est une couleur commune, appréciée par tous. Elle est beaucoup utilisée, entre-autre dans les drapeaux ou les organismes internationaux ( Unesco, O.N.U, union européenne... ) ou dans les textiles. En effet, lorsqu'on regarde un groupe d'adolescents dans la rue, ceux-ci forment une masse bleue uniforme. Ceci est du au fait que c'est une couleur concensuelle, qui ne choque pas, ce qui lui fait perdre sa force symbolique.

Drapeau de l'Union Européenne.

De plus en plus, le bleu reprend la place qu'il avait à l'Antiquité. A force d'être omniprésent et concensuel, il redevient une couleur discrète et raisonnable, la plus raisonnable de toutes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site