le blanc

paysage blanc

Le Blanc

"Partout, il dit la pureté et l'innocence"

 

Le blanc est la plus ancienne des couleurs, la plus fidèle et celle qui porte depuis toujours des symboles forts, universels, les essentiels (la mort, la vie,..). Pourtant cette couleur à engendré de nombreux débats entre physiciens car le blanc n'est pas reconnu en temps que couleurs mais comme incolore. Le blanc est considéré comme le degré zéro de la couleur. Le blanc est la couleur la plus stable et la plus solide. Dans les grottes paléolithiques, on emploi des matières crayeuses pour colorer les représentations animale en blanc.

A l'antiquité le blanc est l'une des trois couleurs de base du système antique avec le rouge et le noir

Au Moyen-âge on définit l'incolore par tout ce qui ne contient pas de teinte.

Aujourd'hui on associe le blanc dans notre vocabulaire à l'absence ou au manque (ex: d'une page blanche qui est une page sans texte, d'une nuit blanche qui est une nuit sans sommeil).

Nous associons aussi le blanc à la pureté et à l'innocence. Le blanc renvoi au pur, au vierge, au propre à l'innocent. C'est parce qu'il est relativement plus facile d'obtenir une couleur uniforme, homogène avec le blanc qu'avec les autres couleurs.

A l'époque des romains les mariée ont une robe rouge, ils apportent peut d'importance à la virginité des femmes. Avec l'institution du mariage chrétien les jeunes femmes affichent leur virginité en portant des robes blanches.

Robe de mariée

Le blanc est aussi une garantie de la propreté, pendant des années toutes les étoffes qui touchaient le corps se doivent d'être blanche pour des rasions d'hygiène (le blanc est assimilé au propre, le noir au sale). Au Moyens- Age il est intolérable de porter une chemise qui n'est pas blanche.

Chambre blanche

Mais le blanc n'est pas si innocent que nous le prétendons. D'après nombre d'homme le blanc porter sur une peau féminine est susceptible d'éveiller le désir.Dans notre société nous cultivons une véritable obsession du blanc. Nous poursuivons en effet une quête du super blanc, où la symbolique rejoint sans doute le matérielle. Nous sommes dans une optique de perfection à la recherche du "plus blanc que blanc" comme il est en le cas pour le linge de maison.

Le blanc est aussi symbolique de la lumière divine. La Vierge est longtemps associé au bleu, en 1854 (lors du dogme de l'Immaculé) le blanc est la seconde couleur de la Vierge. Dieu lui même est perçut comme une lumière blanche, les anges et les messagers sont également blanc. Le blanc est la lumière primordiale, l'origine du monde, el commencement des temps, tout ce qui relève du transcendant. Le blanc représente aussi la matière indécise celui des fantômes et des revenants.

Vierge blanche

Avec le blanc nous sommes dans la virginité et l'innocence mais aussi la vieillesse et la sagesse. Comme si, une fois encore dans cette histoire, les couleurs réunissaient les extrêmes. Le blanc du grand âge celui des cheveux qui blanchissent indique la sérénité, la sagesse. Le blanc de la mort rejoint le blanc de l'innocence et du berceau. Comme si le cycle de la vie commence dans le blanc, passe pas différentes couleurs et se termine par le blanc.

Le blanc est aussi un enjeu social! La blancheur de la peau est un signe de reconnaissance. Au Moyens Age les paysans qui travaillent en pleins air ont le teint mat, l'aristocratie se doivent d'avoir le teint blanc pour se distinguer. Nous européens nous définissons comme 'Blanc" nous nous pensons innocents, purs, propres, divin parfois, et put être même un peu sacré, nous sommes attachés à ce symbole qui flatte notre narcissisme. Les Asiatique voient notre blancheur comme une évocation de la mort. En Afrique la peau mate et sèche des européens est vue comme maladive. Chacun perçoit les autres en fonction de sa propre symbolique. Chaque regard est culture, nos préjugés sociaux se jouent dans le sentiment de notre couleur. 

Enfants noir et blanc

Les racines symbolique du blanc : l'innocence, la lumière divine, la pureté sont presque universelles et remontent très haut dans le temps. Contrairement aux autres couleurs, il n'a pas changé au fil des siècles. Nous vivons toujours avec cette imaginaire antique et comme la symbolique des couleurs est un phénomène de très longue durée, il n'y a aucune raison pour que cela s'arrête.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×